Pierre-Hugues Boisvenu courtise la CAQ

Le sénateur Pierre-Hugues Boisvenu courtise la CAQ afin qu’elle intègre sa proposition de réforme du droit des victimes d’actes criminels dans sa plateforme électorale.

Le sénateur conservateur a rencontré à la mi-janvier le porte-parole du parti en matière de justice, Simon Jolin-Barrette, et sa collègue à la condition féminine, Lise Lavallée.

« J’ai mis sur la table un ensemble de problématiques qui concernent les victimes d’actes criminels, qui touche aussi bien le Code civil que des dossiers qui concernent les relations fédéral-provincial », dit Pierre-Hugues Boisvenu.

Il affirme que « l’accueil a été très bon ». « Ce sont des gens qui, jusqu’à aujourd’hui, ont toujours eu un discours provictimes, un peu comme les conservateurs avaient », souligne le fondateur de l’Association des familles de personnes assassinées ou disparues.

Propositions


Les propositions du sénateur Boisvenu couvrent plusieurs aspects des droits des victimes. « Je pense entre autres à la réforme de l’IVAC, au registre des prédateurs sexuels et la fin des délais de prescription pour poursuivre les prédateurs sexuels », énumère-t-il. La création d’une charte québécoise des droits des victimes face aux organismes publics fait également partie de ses priorités.

De plus, Pierre-Hugues Boisvenu plaide en faveur de « l’arrestation préventive » dans le cas où un individu profère des menaces sur internet. « Un peu comme on le fait actuellement dans la prévention des actes terroriste », explique-t-il.

Le sénateur cite le meurtre de Daphné Huard-Boudreault, à Mont-Saint-Hilaire, où le présumé meurtrier avait publié des vidéos troublantes sur Facebook dans les heures précédentes. « Les policiers pourraient faire une garde à vue, le temps que la pression redescende, dit-il. Parce que c’est souvent à ce moment-là que le gars va passer à l’acte. »

Prévention

Depuis l’arrivée au pouvoir du gouvernement Couillard, le sénateur dit avoir rencontré le leader parlementaire Jean-Marc Fournier « à trois reprises », notamment sur la création d’un registre des prédateurs sexuels. « Y’a rien qu’y avance ! », déplore-t-il.

« On a mis de l’argent pour les victimes d’actes criminels, mais on n’a pas été assez loin en termes de prévention », dit-il.

Si la formation de François Legault accepte ses propositions, le sénateur conservateur pourrait lui prêter main-forte lors de la campagne électorale l’automne prochain.

Pas question, toutefois, de se porter candidat aux élections de 2018. « Je finis au Sénat, pis après ça, je prends ma retraite, lance Pierre-Hugues Boisvenu. J’ai mis une croix là-dessus, faire le saut en politique active. »

À la CAQ, on confirme avoir rencontré Pierre-Hugues Boisvenu, mais le parti refuse pour le moment de prendre des engagements sur les propositions du sénateur.

views : 179 | images : 1 | Bookmark and Share


Enter your comment below